De désastreux résultats

L’École est le lieu où l’on transmet à chaque élève, un savoir et des valeurs. Chaque année scolaire  accompagne la construction de l’identité et de la personnalité de l’enfant.
Pourtant, cette construction peut être gravement menacée par le harcèlement scolaire.

 

 Conséquences sur la victime :

Les conséquences du harcèlement scolaire pour les élèves harcelés sont souvent permanentes et pèsent sur l’enfant.

 

A court terme :   

     D’une part, nous pouvons distinguer  les effets tels que le décrochage scolaire  pouvant entrainer l’échec de l’enfant ou une orientation mal adaptée, mais aussi  l’absentéisme (5 % disent ne pas s’être rendus au collège au moins une fois car ils avaient peur de la violence), la désocialisation, en effet  l’enfant se referme sur lui-même et passe sa détresse sous silence ne lui donnant pas la possibilité de s’appuyer sur autrui pour trouver une solution, il a le sentiment d’être abandonné par ses camarades et les adultes (personnel enseignants, parents…), de plus  l’anxiété peut gagner l’enfant. Les victimes peuvent avoir peur d’aller à l’école, 15% des élèves harcelés ne s’y sentent pas en sécurité, c'est ce qu'on appelle la phobie scolaire. De plus,  de nombreux cas de  dépression sont avérés, la somatisation est aussi courante  (mal au ventre, maux de tête, vomissements) ou des idées noires comme le suicide ; en 2000, 61 % des victimes de harcèlement auraient eu des idées suicidaires. On distingue aussi des troubles alimentaires tels que l’anorexie ou la boulimie.

 

Cependant, certaines victimes de harcèlement auront recours  à la violence comme moyen d’expression.

 

A long terme :

     D’autre part il y a des conséquences qui se font ressentir tout au long de la vie d’une personne et qui retentissent sur le développement psychologique  de leur personnalité tel que  la honte, le découragement, le sentiment de culpabilité et d’insécurité ou la difficulté d’aller vers les autres.  

     Une faible estime de soi, des tendances dépressives et une vulnérabilité acquises dans l’enfance ou l’adolescence du fait du harcèlement peuvent entraîner des difficultés d’adaptation dans le contexte professionnel, relationnel et amoureux.

  

 

Conséquences sur le harceleur :

 


     Contrairement aux idées reçues, harceleurs et harcelés partagent un certain nombre de points communs sur le plan de la vulnérabilité psychique.

     Si les signes de leur mal-être sont masqués par les actes violents qu’ils commettent pour « réparer » leurs blessures intimes, les harceleurs souffrent de failles narcissiques profondes. Il faut donc repenser la façon de répondre à leurs comportements violents, en conjuguant les sanctions avec un accompagnement éducatif voire psychologique adapté.

     Le manque d’empathie, le rapport à la violence à répétition, la marginalisation, l’échec scolaire, la délinquance, les troubles sociaux et la dépression sont des conséquences observées chez les harceleurs.

Le fait d’être harceleur à l’école, combiné à d’autres facteurs de risques, peut avoir des conséquences importantes au long terme

Cependant un seul facteur de risques ne peut être explicatif, seule la combinaison de plusieurs facteurs l’est.

     Une étude longitude menée sur 411 hommes du Sud de Londres de leurs 8 ans à leurs 48 ans, a permis de montrer que le harcèlement peut avoir des conséquences sur le long terme :

 

  • Vie sociale :

     Les jeunes de 18 ans ayant été harceleurs sont 27.1% à avoir un statut social précaire. De même, à l’âge de 48 ans, ils sont 21% à considérer avoir une vie sociale « ratée ».
Être harceleur à l’âge de 14 ans augmente significativement les condamnations pour violence entre 15 et 20 ans. Les jeunes ayant été harceleurs sont 32,4% à s’auto déclarer violents.

 

  • Troubles sociaux :

     Les maltraitances chroniques semblent avoir plus de difficultés à développer des relations humaines positives une fois adultes. Ils sont plus susceptibles de maltraiter leurs compagnons et d’utiliser les punitions corporelles et la violence à l’encontre de leurs enfants. Ceci peut le conduire à soigner son mal-être en consommant alcool et drogues.